On vous a dit que les casques de moto protégeaient des chocs à 100%?

casque protège des accidents

Les accidents de la route emportent chaque année des milliers de conducteurs de deux-roues, un triste constat qui amène à penser aux réelles efficacités des divers équipements de protection, notamment du casque. Qu’en est-il réellement de l’absorption des chocs des casques de moto ?

Quels sont les risques ?

Motards et cyclomotoristes sont nombreux à perdre chaque année leur vie dans des accidents de la route. Les statistiques avancent des chiffres qui glacent le dos et nous donnent à réfléchir sur l’efficacité des principaux équipements de protections tels que les casques, les blousons rembourrés et autres chaussures montantes. D’ailleurs en parlant de casque, il semble bien que les protections les plus efficaces vont du casque intégral au modèle casque modulable. Les bikers aguerris le savent, certains modèles ont la capacité d’absorber les chocs plus que d’autres, reste à bien savoir lequel choisir.

Le magazine 60 millions de consommateurs est revenu sur le sujet il y a quelques années de cela et a mis au point une étude réalisée avec l’aide de l’Institut national de la consommation, un essai comparatif des casques les plus efficaces du marché. Pour cette étude, le magazine a testé et comparé une douzaine de casques, dont des modèles modulaires et intégraux. Appuyé par la Fondation Maif, et soutenu par le laboratoire ICube de Strasbourg, le projet intitulé EuroNcasque a permis d’obtenir des réponses sur la fiabilité des casques vendus sur le marché actuel. À noter que le laboratoire ICube de Strasbourg est une unité mixte de recherche de l’université de Strasbourg et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et a participé à cette étude pour s’assurer de l’efficacité de son nouveau modèle de tête numérique, conçu pour mieux prévenir le traumatisme crânien.

Chocs et réactions neurologiques

casque protège des accidents1Durant les phases de test, les ingénieurs de l’INC ont précipités les casques sur une enclume en veillant à noter les principaux points d’impact à savoir sur le côté frontal, les côtés et à l’arrière. Ils ont noté que les casques respectaient les critères énoncés par la norme ECE 22-05 mais ont conclu que l’onde de choc transmise au cerveau lors de l’impact au sol était certes inférieure au seuil imposé par la norme, mais ne s’en éloignaient pas pour autant. Les données recueillies pendant la phase de tests ont ensuite été introduites dans le modèle de tête numérique du laboratoire ICube dans le but d’obtenir de plus amples informations sur la réponse du cerveau aux chocs et de prédire les traumatismes crâniens. En effet, la machine évalue les déformations des fibres nerveuses par lesquelles passe l’influx nerveux, ce qui permet de repérer les éventuelles lésions neurologiques.

Comme les évaluations sont rendues par l’appareil en termes de pourcentage, l’on peut ainsi affirmer que les risques de lésion sont mortels à 95% pour un tel modèle de casque et à 25% pour un autre à la suite d’un choc frontal. Les résultats obtenus à l’issue de cette étude ont permis de conclure que même si la plupart des casques proposés sur le marché répondent à la norme ECE 22-05, il reste que ces casques n’offrent pas tous le même niveau de protection. Selon l’INC, il est important de revoir la norme ECE 22-05 établie par la Commission économique pour l’Europe des Nations unies afin de s’assurer que les équipementiers offrent un niveau élevé de sécurité à tous leurs modèles.

test1test2